Loading Likes...
Partager
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email

C’est un parfum d’été, presque de vacances, qui flotte dans l’air aux abords du Centre sportif Berlioz de Vincennes pour ces derniers jours de juin. La canicule n’est même pas encore un souvenir et l’école fait presque déjà partie du passé.

A l’affiche de ce samedi 22 juin, le Tournoi des Princes. Au programme, 35 jeunes de 8 à 15 ans des clubs de Fontenay, Bry et Vincennes encadrés par Stéphanie et Marion du VBC avec l’appui des parents et encadrants des deux autres clubs. A la baguette, le maestro Pédro qui avait concocté la formule et composé les tableaux, avec pour l’apéro un tableau des 8-9 ans, un 10-11 ans pour le dessert, et un délicieux 12-15 ans qui faisait office de plat de résistance.

Pendant que la plupart des joueurs s’affairent à troquer leurs paires de santiags contre des chaussures appropriées, la « Team tournoi » s’échauffe en expliquant les règles aux oreilles avisées des différents protagonistes :

  • deux ou trois poules de 3 à 5 joueurs ;
  • match de simple en 2 sets de 21 points ;
  • le gagnant de la poule A rencontre le second de la poule B (etc.) pour déterminer les vainqueurs et finalistes ;
  • une consolante si possible ;
  • au minimum 4 à 5 matchs selon les tableaux pour tous.

Puis, après avoir enchaîné des talons-fesses à te secouer le palpitant, on entre rapidement dans le vif du sujet (fente avant).


« L’objectif, c’est vraiment d’écarter au maximum ton adversaire : tu le fixes sur un côté et tu le débordes de l’autre. En défense, on ne se prend pas la tête et on dégage haut au centre, il y aura toujours moyen de reprendre l’initiative. Et garde ta raquette haute ! »

Tacticien du jour, tacticien toujours

Ce discours qui prône de jouer les côtés (surtout celui revers) semble bien assimilé par les un(e)s et les autr(e)s. Un brin de fébrilité quand même et une bataille de tous les instants pour la prise du centre ne laissent que très peu d’opportunités aux différent(e)s canonnier-ères, privé(e)s d’angles de frappe pour ajuster un coup de derrière les fagots. Les matchs sont accrochés malgré la pression de l’élimination et la fatigue qui s’accumule, car tou(te)s veulent prétendre aux ultimes foulées vers le Graal.

Au fil du temps quand même, la buvette – made in 94 – s’anime, avec en point de mire les pochettes de bonbons, les porte-clés badminton, les médailles d’or et d’argent… Histoire de bien rappeler à tout le monde qu’on est pas là que pour le beurre des gâteaux.

Et au final, les grands gagnants de cet appel du 22 juin seront l’esprit sportif des jeunes et les encouragements chauds patates des aînés pour « ramener la victoire à la maison », sans eux et les bénévoles des différents clubs engagés, l’appel aurait pris un râteau.

Alors MERCI à tous, vive le badminton, vive la République et vivement la saison prochaine !

***

L’appel du 22 juin