Loading Likes...
Partager
Share on Facebook
Facebook
Email this to someone
email

« Génial ! La relève est là ! » s’est exclamée la vice-présidente en apprenant les résultats, moi j’ai pris un vilain coup de vieux en les lisant sur mon Nokia 3310.

Des quatre coins de l’Île-de-France jusqu’aux limites du Valois et du Soissonnais, les joueuses et joueurs du Vincennes badminton club ont bel et bien badé ce week-end sur les parquets et les Gerflor.

J’étais moi-même du côté d’Issy-les-Moulineaux avec le regard droit, la barbe drue et les muscles durs, histoire de bien signifier que ce n’est pas au vieil ours qu’on apprendra la retraite. Je sentais le musc, le courage, la puissance et tout le monde a bien deviné que je n’avais pas peur, ni en forêt, ni dans le noir…. Mais passé les premiers points, l’ambiance avait changé. Atroce ! J’ai tout perdu… laminé en 2 matches et 4 sets !

Que diable étais-je allé faire dans cette galère ? Si j’aurais su, j’aurais allé au Championnat régional vétéran (un truc de mon âge).

« Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !

N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

Et ne suis-je blanchi dans les travaux guerriers

Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?

[…] Ô cruel souvenir de ma gloire passée !

Œuvre de tant de jours en un jour effacée ! »

Corneille, Le Cid (acte I, scène 4)

Las ! Le jour de gloire était ailleurs, à Thiais pour être précis, où une bande de 7 freluquets forts jolis, mais pas vraiment du genre à mener une armée au front disputaient le troisième « Trophée départemental jeunes ». La peau imberbe, le rose aux joues, une carrure d’ado et les cheveux – car ils en ont encore, le toupet ! – en bataille, ils sont 4 à avoir atteint la finale et 2 à l’avoir gagnée. Faites les calculs, le ratio est tout simplement extravagant.

« Nous partîmes à sept ; et par un prompt effort,

Nous nous vîmes quatre ensembles arrivés à bon port,

Tant, à nous voir marcher avec un tel visage,

Les plus motivés perdaient de leur courage ! »

Corneille, Le Cid (acte IV, scène 3), librement adapté

Dont acte, le nouveau profil du top joueur au Vincennes badminton club a manifestement perdu trois à quatre décennies, plusieurs tailles de pantalon et 80% de son taux de testostérone…

A ce rythme, je vais bientôt me retrouver confiné dans une maison de retraite, condamné à me plaindre à l’infirmière des ronflements insupportables de mon partenaire, rêvant la journée d’aller piquer en douce leurs pépitos à Irène, Léopold, Nicolas, Claire, Laure, Antonin et Sophia pendant qu’ils s’exercent avec leurs haltères…

M’enfin, j’aurais dû m’en douter, ce n’est pas la première fois

Les résultats en clair et sans sonotone :

  1. Irène (benjamine) : finale en double P11/NC avec Elise (USF Bad) et victoire en simple dame ;
  2. Léopold (benjamin) : finale P11/NC ;
  3. Nicolas (minime) : finale P11/NC ;
  4. Claire (minime) : victoire P11/NC ;
  5. Laure, Sophia et Antonin : grand prix de l’optimisme.

– Merci à Damien pour le coaching gagnant –

Le péril jeune, acte III, scène 1